Procès : le ‘’journaliste’’ marocain Omar Radi serait à la solde des iraniens

Le juge d’instruction a ordonné la mise en détention préventive de M. Omar Radi, suite à l’interrogatoire préliminaire, en vue de poursuivre l’enquête concernant les accusations qui pèsent sur lui dans deux affaires relatives à l’attentat à la pudeur avec violence et viol et à la réception de fonds étrangers dans le dessein de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État et d’entreprendre des contacts avec des agents de pays étrangers en vue de nuire à la situation diplomatique du Maroc, a indiqué le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca.

Omar Radi est poursuivi suite à une plainte pour viol et violence déposée par une jeune fille dont les faits remontent au mois de juillet ainsi que pour collaboration avec des Etats étrangers.

D’après un de ses proches qui a requis l’anonymat, Omar Radi menait une vie au dessus des moyens d’un journaliste professionnel.

En plus de certains pays européens et certaines ONG, si l’enquête se confirme, M.Radi serait à la solde des iraniens et du Hizbollah libanais par l’intermédiaire de leurs organes de propagande.

Selon des sources judiciaires, le procès est prévu le 22 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *