Laftit: Les derniers allègements ne signifient pas la levée de l’état d’urgence

Certaines mesures annoncées dernièrement ne signifient pas la levée de l’état d’urgence ou du confinement sanitaires, a affirmé mardi le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit, soulignant l’impératif d’un « strict respect des mesures de prévention compte tenu de la persistance du risque de propagation du virus ».

Tout le monde doit se conformer scrupuleusement aux mesures en vigueur jusqu’à ce que des décisions soient prises à leur égard, a insisté le ministre devant la Chambre des Conseillers, pour qui l’état d’urgence sanitaire instauré le 20 mars a porté ses fruits, d’où il incombe à tous d’en préserver les acquis.

L’état d’urgence demeure en vigueur jusqu’au 10 juin en vertu de la loi, a noté Abdelouafi Laftit, faisant observer que le retour aux activités de certains secteurs économiques ne signifie nullement la fin de l’état d’urgence.

A cet égard, il a appelé tous les citoyens à continuer à respecter pleinement les mesures préventives et les règles du confinement. Une évaluation de la situation épidémiologique sera menée dans le Royaume, conformément aux indicateurs scientifiques adoptées par les autorités sanitaires, a-t-il dit.

M. Laftit a rappelé que le Royaume avait, dès le début de la pandémie œuvré, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, à l’élaboration d’une stratégie d’ensemble fondée sur une batterie de mesures pour la protection de la santé des citoyens, mais aussi des mesures de portée économique et sociale.

L’approche adoptée par le Maroc pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus a érigé le Royaume en modèle de gestion de la crise.

Il a notamment rendu hommage à l’ensemble des cadres médicaux et para-médicaux, aux FAR, aux agents et auxiliaires d’autorités locales, aux services de sûreté de la Gendarmerie Royale, des Forces Auxiliaires et des éléments de la protection civile, ainsi qu’aux cadres des départements gouvernementaux concernés pour leur travail exceptionnel, leur abnégation et l’esprit de responsabilité dont ils ont fait preuve dans la gestion de cette crise.

M. Laftit a également salué le niveau de conscience, de discipline, de patriotisme et de conformité avec les dispositions de l’isolement sanitaire et les directives des autorités publiques chez les citoyens, d’autant que cette période a coïncidé avec des fêtes religieuses hautement symboliques, avec des traditions sociales et familiales comme le mois de Ramadan et l’Aid Al Fitr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *