Le polisario oblige des sahraouis au confinement dans des chambres insalubres

Face à l’insouciance de l’Algérie et des chefs du polisario qui ont préféré ignorer les sahraouis bloqués à la frontière avec la Mauritanie à cause de la pandémie du coronavirus, ces derniers se sont débrouillés comme ils peuvent pour atteindre les camps de Tindouf. Mais à l’arrivée, leur déception était totale de voir qu’on les a obligés au confinement dans des chambres d’isolement à l’état pour le moins catastrophique.

Le sort des autres séquestrés dans les camps n’est pas meilleur. Ils sont scandalisés de voir qu’ils sont abandonnés dans l’insalubrité totale des campements, alors que le chef du mouvement séparatiste, Brahim Ghali et ses lieutenants se sont confortablement confinés dans des villas de la ville algérienne de de Tindouf.

Pendant ce temps, dans les camps où le confinement est la règle même avant la pandémie du coronavirus, la population séquestrée est désespérée. D’autant que les conditions minimales pour assurer leur protection contre la maladie manquent cruellement. Pas d’eau courante, pas d’assainissement, sans oser même penser à des moyens médicaux pour dépister le virus.

Une situation tragique en pleine pandémie du coronavirus qui met à nu les forfanteries des chefs du polisario et les bravades des dirigeants algériens devant une population désespérée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *