Akhannouch: 55 MDH pour la protection du bétail

Face à la faiblesse des pluies, le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a alloué un budget de 55 MDH destiné à la protection du bétail, a annoncé mercredi le ministre Aziz Akhannouch.

Cette enveloppe budgétaire de 55 MDH, qui concerne une première phase, est débloquée au niveau des directions régionales de l’agriculture, a expliqué le ministre devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Le fourrage est transporté aux locaux des communes rurales reculées en attendant l’évolution des précipitations, a-t-il ajouté, précisant que 82 centres ont été affectés à la vente d’orge comme mesure pour la protection du bétail.

La saison agricole actuelle, à l’instar des deux précédentes, a été marquée par une diminution des précipitations, n’atteignant que 141 mm, contre une moyenne de 254 mm au cours des 30 dernières années, soit un déficit d’environ 40% par rapport à l’année précédente et de 44% par rapport à une année normale, a détaillé Aziz Akhannouch.

Quant aux retenues des barrages, elles ont baissé significativement depuis 2015-2016, par rapport à la moyenne enregistrée pendant les dix dernières années, impactant le bon déroulement de la campagne agricole, mais l’état des céréales d’automne reste satisfaisant et son développement tributaire des précipitations à venir, a souligné le ministre.

Par la même occasion, M. Akhannouch a passé en revue les grandes lignes de la nouvelle stratégie pour le secteur agricole « Génération Green 2020-2030 », qui repose sur deux piliers relevant du facteur humain et de la poursuite de la dynamique de développement agricole.

Cette vision aspire, selon le ministre de l’agriculture, à permettre à 400.000 familles d’intégrer la classe moyenne agricole et à créer une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs, en mobilisant et valorisant un million d’hectares, dans la perspective de pourvoir des possibilités d’emploi à 350.000 jeunes.

L’exécution de cette stratégie nécessite une croissance annuelle du budget alloué au secteur à hauteur de 2,5% à partir de l’année 2020.

De leur côte, les parlementaires ont souligné la nécessité de remédier à certaines carences enregistrées à travers le Plan Maroc Vert, et appelé à intégrer la stratégie « Génération Green » dans le nouveau modèle de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *