Polisario: Brahim Ghali enrage après le sévère rappel à l’ordre de Nacho Álvarez

Brahim Ghali enrage après le sévère rappel à l’ordre intimé par le gouvernement espagnol au secrétaire d’État chargé des Droits sociaux, Nacho Álvarez, alors que le chef du polisario tablait sur la sortie hasardeuse de ce frénétique membre de Podemos pour redorer son blason face aux protestations incessantes dans les camps de Tindouf.

Promptement recadré, Nacho Álvarez a vite fait de supprimer le tweet sur sa rencontre avec la soi-disant «ministre des Affaires sociales et de la Promotion de la femme» du Polisario.

La cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha Gonzalez, a saisi l’occasion pour réaffirmer que «l’Espagne ne reconnaît pas la RASD». Pour elle, les publications de Nacho Álvarez «ne reflètent pas la position du gouvernement» de Madrid, car la position de l’Espagne n’a pas changé. « C’est une politique d’Etat».

Ce rapide dénouement a toutefois profondément déçu Brahim Ghali, d’après des sources bien informées dans les camps de Tindouf. Surtout que le chef du polisario est confronté à une vague de protestations qui défient toute la direction du mouvement séparatiste soutenu par l’Algérie.

Les dernières en date de ces protestations sont celles qui, depuis plusieurs jours, dénoncent les chefs du polisario pour avoir favorisé l’évasion de deux assassins de Oulda Ould Boukhari Bamba, un membre de la tribu Oulad Tidrarine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *