Maroc Télécom tient bon, grâce à ses filiales africaines

Maroc Telecom qui est confronté ces deux dernières années, à une rude concurrence. Pour améliorer ses marges, l’opérateur  national a lancé un plan social prévoyant la réduction de 11% de ses effectifs en encourageant les départs volontaires. L’opérateur national compte ainsi économiser au moins 300 Millions de Dirhams (27 Millions d’euros) par an, sur la base de 1.500 à 2.000 départs sur un effectif total de 13.700 employés, estiment les analystes. 800 salariés ont déjà quitté la boîte depuis le lancement du plan social.
« Le projet concernera majoritairement les activités au Maroc et il vise principalement à convaincre des salariés proches de la retraite de partir », a précisé un dirigeant de Maroc Télécom, dont le groupe français Vivendi, détient 53% du capital.
Malgré la baisse de son chiffre d’affaires (CA) sur le marché national, Maroc Télécom parvient encore à tirer son épingle du jeu en améliorant ses performances au premier semestre 2012. Celles-ci ont été dopées par les résultats de ses filiales au Mali, au Burkina Faso, au Gabon et en Mauritanie, où il emploie au total quelque 2.700 personnes hors du Maroc.
Si les voyants sont au rouge pour la deuxième année consécutive, l’opérateur marocain maîtrise encore la situation comme en témoigne ses résultats financiers au premier semestre 2012, dévoilés le 24 juillet dernier.
Le CA consolidé du groupe n’a baissé que de 1% pour s’établir à 15,1 milliards de dirhams (1,4 milliard d’euros) et ce, grâce à la forte progression de ses revenus en Afrique qui sont en nette progression, alors que son chiffre d’affaires sur le marché national, a décru de 5,3%. Sa filiale malienne Sotelma a vu son CA bondir de plus de 21%, dépassant pour la première fois le seuil du milliard de dirhams. Une progression que le management de Maroc Télécom explique par la très forte croissance du parc mobile (+64%), soutenue par l’extension du réseau et la fréquence des promotions.
Côté exploitation, le résultat opérationnel consolidé enregistre une baisse de 15,4%, à 5,1 milliards de Dirhams (460 millions d’euros). Ce repli s’explique selon la même source, par la hausse des charges d’amortissement liée à l’important programme d’investissements de l’opérateur, notamment en Afrique, mais également à la provision de 800 millions de dirhams, couvrant les dépenses du plan de départs volontaires initié fin juin dernier. Le résultat net part du groupe (RNPG) s’est effrité de 22% à 3,1 MMDH à la fin du premier semestre 2012.
En plus Maroc Télécom verse à la fin de chaque exercice 2,5 % de son bénéfice net à titre de contribution au fonds de solidarité nationale, une taxe imposée depuis mai 2012 par le nouveau gouvernement à toute entreprise gagnant plus de 100 millions de Dirhams (9 millions d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *