Santé: Les médecins du public mettent à nu les carences du secteur

Le ministère de la Santé œuvre pour l’augmentation du nombre de postes affectés aux médecins et aux cadres paramédicaux afin d’alléger l’encombrement des hôpitaux et centres de santé, a assuré lundi le ministre Anas Doukkali, au moment où les médecins du secteur public observaient une grève de 48 heures, marquée par une marche de protestation à Rabat au cours de laquelle ils ont porté des blouses noires.
Ans Doukkali a affirmé, dans une déclaration à la Radio nationale, que cette année avait été marquée par un nombre « record » de médecins recrutés, précisant que le nombre de postes de médecins résidents et internes a été revu à la hausse, ce qui est de nature à alléger, a-t-il assuré, la charge sur les hôpitaux et les centres de santé.
Outre le dialogue ouvert avec les syndicats, le ministre a rappelé que le ministère de la Santé s’est engagé à investir quelque 16 MMDH dans 80 projets différents, englobant de nouveaux locaux et centres hospitaliers universitaires.
Ces arguments ne semblent toutefois pas convaincre les médecins du public, qui ont annoncé une nouvelle grève pour les 2 et 3 mai dans tous les établissements hospitaliers, à l’exception des services d’urgences et de soins intensifs, en soutien à leurs revendications pour l’amélioration des conditions de travail et la revalorisation salariales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *