A son tour, Forbes Magazine sidéré par le rapport du Département d’Etat

us
Après le ministère des Affaires étrangères, Forbes Magazine est lui aussi sidéré par le dernier rapport du Département d’Etat sur la situation des droits de l’Homme au Maroc.

Le célèbre magazine américain indique jeudi, dans une analyse, que le dernier rapport du Département d’Etat se démarque par sa “négligence déconcertante” à l’égard du Royaume, « une monarchie constitutionnelle et un modèle régional en matière de réformes, chose rare dans cette partie du monde en proie à l’instabilité et aux doutes ».

Forbes Magazine s’interroge sur les véritables motivations derrière le dernier rapport de la diplomatie américaine sur la situation des droits de l’Homme au Maroc, « si ce n’est d’éloigner les Etats-Unis de leurs amis traditionnels dans le monde en réduisant l’Amérique en un géant isolé dans un monde de plus en plus dangereux ».

L’analyse revient sur la convocation, mercredi, de l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, Dwight L. Bush, par le ministre délégué aux Affaires étrangères, Nasser Borita, en présence de Mohamed Yassine Mansouri, Directeur Général des Etudes et de la Documentation. Un tel acte constitue dans la tradition diplomatique « une mesure sévère », fait observer le magazine américain.

Les autorités marocaines ont, preuves à l’appui, démontré que les dérapages du rapport du Département d’Etat passent de l’approximation de l’information à son invention pure et simple et de l’appréciation erronée au mensonge, constate l’analyse.

Le magazine revient sur plusieurs cas sans fondements cités dans le document de la diplomatie US, notamment celui de Hamid Mahdaoui qui, selon le rapport du Département d’État, « avait été condamné le 29 juin par un tribunal de Casablanca pour diffamation du Chef de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, Abdellatif Hammouchi ». « Seul problème, ironise Forbes magazine, M. Hammouchi n’était pas encore en charge de la DGSN ! ».

Et de s’interroger sur les motivations derrière « ces accusations, qui révèlent une négligence caractérisée et une approximation du rapport du Département d’Etat à couper le souffle ».

Le « rapport du Département d’Etat a fait état d’un certain nombre de cas de violations des droits de l’Homme au Maroc sans prendre la peine de vérifier les sources et la véracité de ces allégations mensongères », dénonce Forbes Magazine qui pointe du doigt les concepteurs actuels de la politique étrangère US qui ont réussi la prouesse d’éloigner l’Amérique de ses alliés traditionnels qui « sont confus et offensés » par cette posture teintée d’ « ignorance et d’arrogance ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *