FIFA: La corruption fait perdre au Maroc l’organisation du Mondial 1998 et 2010

Le Maroc aurait perdu l’organisation des éditions 1998 et 2010 de la coupe mondiale de football à cause d’une corruption à grande échelle qui gangrène les instances dirigeantes de la FIFA.

fifa-scandaleAu terme d’une enquête ouverte il y a deux ans, la justice américaine accuse 14 anciens et actuels membres du Comité exécutif de la FIFA pour corruption et exige leur extradition.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi à New York, la ministre de la justice américaine, Loretta Lynch a annoncé que l’enquête portant sur les pratiques de corruption au sein de la FIFA au cours des 24 dernières années, avait conduit à l’accusation de 14 personnes pour 47 chefs d’inculpation.

A présent, Washington exige de la Suisse, l’extradition de sept des 14 anciens et actuels dirigeants de la FIFA qui ont été interpelés mercredi matin par la police suisse dans un luxueux hôtel de Zurich. Il s’agit notamment de l’ancien président de la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF), Jack Warner de Trinidad et Tobago. Selon les autorités suisses, les six responsables interpellés sont soupçonnés d’avoir accepté des dessous de table d’un montant de plusieurs millions de dollars, des années 1990 à nos jours.

Jack Warner qui a aussitôt décidé de plaider coupable, reconnait avoir perçu des pots-de-vin pour voter contre la candidature du Maroc dans l’attribution du Mondial 2010 à l’Afrique du sud. Selon l’enquête du ministère américain de la justice, Jack Warner est accusé d’avoir perçu 10 millions de dollars que la FIFA lui a versés au nom de l’Afrique du sud. Sur ce montant, Charles Blazer, responsable des droits télévisés au sein de la FIFA a prélevé un million de dollars.

Rabat est également accusé d’avoir acheté un vote pour un million de dollars, mais les Sud-Africains ont surenchéri.

Selon l’AFP, le vote pour l’organisation du Mondial-1998 que se disputaient la France et le Maroc, avait été également entaché du versement de pots-de-vin pour remporter trois voix décisives.

L’ancien international de football Jean-Michel Larqué a confié ce jeudi à la chaîne « BFM TV », que «les fédérations d’Amérique centrale et des Caraïbes vendaient leurs voix à toutes les compétitions régionales et internationales».

D’autres sources rapportent que plus de 40.000 dollars de «gratifications financières» ont été versées à divers votants, à la veille de la réélection de Sepp Blatter en 2011.

En réaction à ce scandale de corruption qui éclabousse la FIFA, la Confédération européenne, menace de reporter le congrès de la FIFA et l’élection de son président.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *