Aéronautique : Un nouveau fonds d’investissement dédié aux PME

Un nouveau fonds d’investissement conçu sur mesure pour impliquer les petites et moyennes entreprises (PME) dans la sous-traitance dans le secteur de l’aéronautique.

maroc-aeronautiqueCe fonds semblable à l’Aerofund français, va être crée par le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) et sera financé par les géants de l’industrie aéronautique présents au Maroc notamment Bombardier, Boeing et Airbus. L’Etat marocain mettra lui aussi, la main dans la poche, via le Fonds de développement industriel (FDI).

A l’instar de l’automobile et du textile, le secteur de l’aéronautique sera également doté très prochainement d’un écosystème.

L’objectif escompté derrière la création de l’Aerofund et de l’écosystème comme l’explique le président du GIMAS et de Safran Maroc, Hamid Benbrahim Al Andaloussi, est d’atteindre un taux d’intégration de 50% contre 30% actuellement dans ce secteur, qui participe à hauteur de 5% dans les exportations du pays et emploie près de 11.000 personnes réparties dans 106 entreprises dont le chiffre d’affaires global était estimé à 1,2 milliard de dirhams en 2014.

Lors de la conférence organisée par TBS Casablanca le 20 mars dernier, le président du GIMAS a assuré qu’à l’aube de 2020, « nous voulons doubler la taille du secteur, vu que le Maroc est aujourd’hui présent en force dans la carte aéronautique mondiale».

Il a néanmoins prévenu que de nombreux obstacles se dressent encore devant l’envol du secteur de l’aéronautique au Maroc sur la base des objectifs fixés à l’horizon 2020 dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’Accélération Industrielle (PAI).

Le renforcement de l’industrie aéronautique, a-t-il suggéré, passe inéluctablement par la création d’un pôle de compétence local ou un «territoire cluster» que représente le site de MIDPARC à Casablanca Free zone et qui constitue l’unique plateforme de l’industrie aéronautique dont dispose actuellement le Maroc.

Pour Al Andaloussi, «le coût du foncier reste un goulot d’étranglement qui gêne l’expansion du secteur, notamment pour sa composante PME», précisant que le coût du foncier au MIDPARC, est deux fois et demie plus élevé que la norme internationale qui est de 10% seulement.

Le mètre carré est livré à partir de 1.000 DH/m2 par Med-Z, le gérant du site de MIDPARC aménagé dans la zone de Nouaceur à Casablanca, ce qui est, selon les professionnels marocains, nettement plus cher au moment où les pays concurrents tels la Tunisie, le Mexique ou la Roumanie, offrent gratuitement le foncier aux investisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *