L’ambitieux plan solaire marocain déjà sur les rails

ouerzazate-solaireLes premiers kilowattheures de NOOR Ouarzazate 1, la plus grande station de l’énergie solaire dans le Monde, sont attendus dès le mois d’août 2015.
L’information a filtré ce lundi à Rabat, de la séance de travail présidée par le Roi Mohammed VI et consacrée à l’examen de l’état d’avancement de la réalisation du vaste programme solaire marocain.
Lancé le 2 novembre 2009 à Ouarzazate, le Plan solaire marocain NOOR devrait permettre au Royaume de produire 2000 mégawatts à l’horizon 2020, soit 14% de ses besoins énergétiques. La part des énergies renouvelables représentera alors, 42% de la consommation électrique nationale. Le Complexe solaire « NOOR » qui s’étend sur 3.000 hectares à Ouarzazate, devra atteindre à terme, une capacité de production globale de 500 MW.
La sélection des sept sites devant abriter les futurs projets du Plan solaire marocain, s’est basée sur l’Atlas solaire du territoire marocain récemment finalisé et complété par une analyse pluridimensionnelle des différentes régions. Il s’agit des sites d’Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour, Sebkhat Tah, Midelt et Tata.
S’agissant de l’état d’avancement des travaux de mise en place de la station Ouarzazate NOOR 1, le Président du Directoire de la Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN), Mustapha Bakkoury a assuré que le chantier avance conformément au planning prévu, après le bouclage de toutes les étapes d’adjudication et de mise à disposition des financements. Les premiers kilowattheures de cette première station, a-t-il assuré, seront injectés dès le mois d’août 2015 dans le réseau électrique national.
Grâce à son plan solaire, le Maroc est en passe de devenir un acteur de référence dans l’exploitation et l’utilisation des énergies propres. Il en a fait d’ailleurs, un choix irréversible d’exploiter de manière optimale son important gisement solaire et éolien, en vue de réduire sa dépendance énergétique, de préserver l’environnement, par la limitation des émissions des gaz à effet de serre et de lutter contre les changements climatiques.
A terme, cet ambitieux projet d’un coût estimé à 9 milliards de dollars, permettra au royaume de faire annuellement des économies en combustibles de 1 million de tonne équivalent pétrole (TEP) et d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2.
Avec le lancement du projet de la centrale Ouarzazate Noor 1, la première du genre au monde en termes de capacité de production (160 MW), le Maroc est entré de plain pied dans une expérience pionnière face à une demande énergétique croissante et au défi du réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *