Le Japon, premier employeur privé étranger au Maroc

Le Japon est considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc, selon Chakib Alj, le Président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), avec 71 sociétés japonaises installées au Maroc qui opèrent dans l’industrie automobile et les énergies renouvelables et emploient près de 40.000 personnes.

La déclaration du président de la CGEM intervient dans le sillage de la visite, actuellement au Maroc, d’une délégation économique japonaise.

Les deux pays ont convenu, lundi à Rabat, de créer un point de consultation direct -Japan Desk- au sein de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), avec pour objectif d’accompagner les entreprises japonaises dans leurs projets d’investissement au Maroc.

« Ce desk permettra de recevoir l’ensemble des réclamations, des attentes et des demandes d’informations des investisseurs japonais », a expliqué Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, à l’issue d’une rencontre avec le vice-ministre japonais chargé des affaires étrangères, Shinichi Nakatani.

Pour sa part, Shinichi Nakatani a souligné que le Japon accordait une importance particulière à la coopération avec le Maroc, eu égard à son lien avec l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient, ajoutant que la création du Japan Desk a pour objectif de soutenir et d’accompagner les entreprises japonaises qui souhaitent investir au Maroc.

En 2018, les investissements directs japonais au Maroc ont atteint 1,56 milliard de dirhams (MMDH), faisant du Japon le 5e investisseur au plan national.

Le responsable japonais s’est également entretenu avec le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani, qui a affirmé la volonté du Royaume de développer ses relations bilatérales avec le Japon, surtout après la signature, en janvier dernier lors de la 5e session de la Commission mixte, de deux importants accords pour le soutien et la protection de l’investissement et la non-double imposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *