Le Maroc, « partenaire très important » pour le prochain Sommet d’investissement britannico-africain (ministre britannique)

Le Maroc est un partenaire « très important » pour le Sommet d’investissement britannico-africain, prévu le 20 janvier à Londres, a affirmé, vendredi à Rabat, le ministre d’État britannique au commerce international, Conor Burns, à l’issue d’entretiens avec le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohammed Benchaaboun.
Auparavant, Conor Burns s’était entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita du renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni.
Cette visite au Maroc, la deuxième en six mois, reflète « les relations grandissantes entre les deux pays et l’importance que le gouvernement de Sa Majesté la Reine accorde aux liens avec le Maroc », a indiqué Conor Burns à la presse à l’issue de son entretien avec Nasser Bourita.
M. Burns, qui se rend au Maroc quelques jours avant le début du Sommet africain de l’investissement à Londres, a mis en avant le « potentiel à accomplir » dans le domaine économique, essentiellement en matière de technologies vertes et énergies renouvelables.
Le ministre d’État britannique espère que cette occasion permettra aux deux parties de mettre en perspective leurs idées dans les secteurs au niveau desquels ils pourraient « collaborer plus étroitement ».
Le Maroc et le Royaume-Uni avaient scellé, au mois d’octobre à Londres, un accord d’association global qui restitue, dans le contexte des relations bilatérales, l’ensemble des avantages qu’ils s’accordaient mutuellement dans le cadre de l’Accord d’Association Maroc-Union européenne.
Signé par Nasser Bourita et le Secrétaire d’État britannique auprès du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth, Andrew Murrison, chargé de la région MENA et du développement international, cet accord entrera en vigueur une fois que les accords UE-Maroc auront cessé de s’appliquer pour le Royaume-Uni, après le Brexit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *