Réforme de l’éducation: Première réunion de la Commission nationale du suivi

L’élaboration d’une feuille de route pour les prochaines années et l’arrêt des programmes prioritaires, a été au centre de la première réunion de la Commission nationale du suivi et de l’accompagnement de la réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, présidée, mercredi à Rabat, par le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani.

La particularité de cette réunion est d’être la première étape institutionnelle dans la mise en œuvre de la loi cadre, a souligné El Otmani, expliquant que cette loi permettra au gouvernement de dresser un tableau de bord global pour le suivi du chantier de réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, dans un cadre participatif avec les différents départements ministériels concernés et les autres intervenants.

Le chantier de la réforme, a poursuivi le Chef du gouvernement, connaît un saut qualitatif après l’adoption par le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) de la vision stratégique de la réforme 2015-2030 pour une école de l’équité, de la qualité et de la promotion, et suite à l’adoption de la première loi-cadre de la réforme du système depuis l’indépendance du Maroc.

Vu l’urgence de ce dossier, il a été procédé à la mise en œuvre de plusieurs chantiers pour la généralisation de l’enseignement pré-scolaire, l’atténuation du surpeuplement des classes et la restauration des infrastructures, indique un communiqué du département du Chef du gouvernement.

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a présenté un exposé sur les procédures et les mesures programmées pour les trois prochaines années.

Ces mesures comprennent, entre autres, la généralisation de l’enseignement obligatoire, le développement de programmes locaux pour généraliser l’éducation des filles rurales, l’élaboration d’un plan national intégré pour l’éducation inclusive des personnes en situation de handicap.

Il s’agit aussi de l’élaboration d’une charte pour l’apprenant définissant ses droits et devoirs et la création d’une commission permanente pour renouveler et adapter les curriculums et programmes scolaires, les formations et la révision complète du système d’évaluation, des examens et de certification.

Ceci, en plus de l’élaboration d’une charte contractuelle de l’éthique des professions de l’enseignement, la création et le développement d’unités de soutien psychologique et de cellules de médiation, la qualification de l’enseignement traditionnel et le développement de programmes d’enseignement correctif au profit de tous les enfants déscolarisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *