Bruxelles: KFW vante la politique des énergies renouvelables au Maroc

Mustapha Bakkoury, le président du directoire de l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), était mardi à Bruxelles où il rencontré un groupe de députés européens et pris part à la réception annuelle, organisée à Bruxelles, par la Banque allemande de développement (KFW) pour célébrer le succès de la politique des énergies renouvelables au Maroc.

Lors de cet événement qui a réuni plus de 500 personnalités, Mustapha Bakkoury a rappelé la stratégie de « rupture » initiée par le Maroc en 2009 pour s’engager dans une politique ambitieuse de promotion des sources d’énergie éolienne, solaire et hydraulique.

Cette vision a pu bénéficier d’une mobilisation institutionnelle globale, qui a été investie pour « engager une vraie stratégie basée sur l’élaboration de projets s’assignant des objectifs bien définis », a souligné Mustapha Bakkoury, précisant que le premier objectif consiste à atteindre en 2020, 40% du mix électrique à partir de sources renouvelables.

En matière de coopération africaine, « le renouvelable est un important vecteur d’intégration régionale et de coopération », a affirmé le président du directoire de MASEN, réitérant la disposition du Maroc à partager son expérience en matière d’énergies renouvelables avec ses partenaires africains.

De son côté, le PDG de KFW, Günther Bräunig, s’est félicité du partenariat « solide » avec le Maroc qui se traduit par « des histoires à succès » comme celle du complexe Noor Ouarzazate.

KFW est l’un des principaux partenaires des projets solaires et renouvelables au Maroc. Par le financement et le cofinancement, la coopération financière allemande à travers cette structure participe au développement d’une puissance de production d’énergie solaire pouvant atteindre 1.300 MW (complexes solaires NOOR Ouarzazate et NOOR Midelt).

Quant à sa rencontre avec les eurodéputés, elle a permis au patron de MASEN d’expliquer les perspectives de développement d’autres projets énergétiques au Maroc et leur impact direct sur la vie des populations. Ces projets, a souligné Mustapha Bakkoury, accompagnent la dynamique de développement territorial initiée au Royaume, avec un impact considérable en termes de création d’emplois, d’infrastructures et de désenclavement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *