HCP : Fortes disparités entre régions en termes de croissance

Un rapport du Haut-Commissariat au Plan publié mercredi fait ressortir l’existence de grandes disparités entre les régions en termes de taux de croissance du PIB, alors que près du tiers de la croissance est à mettre à l’actif de la seule région de Casablanca-Settat.
Les comptes régionaux de 2017 montrent que sept régions sur les 12 que compte le Maroc ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale (4,2%).
Il s’agit des régions de Dakhla-Oued-Ed-Dahab (10,3%), Guelmim-Oued Noun (9,1%), Laâyoune-Saguia al Hamra (7,4%), Béni Mellal-Khénifra (6,6%), l’Oriental (5,9%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (5,8%) et la région de Rabat-Salé-Kénitra (5%).
Les régions de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi ont marqué des taux de croissance, proches de la moyenne nationale, de 4% et 3,9% successivement.
Les autres régions ont présenté des taux de croissance inférieurs à la moyenne nationale avec 1,1 % dans les régions de Souss-Massa et Drâa-Tafilalet, et 0,8% dans la région de Fès-Meknès.
Par ailleurs, 30,4% de la croissance nationale est à mettre à l’actif de la seule région de Casablanca-Settat. La contribution de cette dernière à la croissance du PIB a été de 1,3 point, précise le rapport.
Quant aux deux régions de Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima, elles ont participé pour un tiers à la croissance du PIB en volume, soit 1,4 point, avec 0,8 et 0,6 point respectivement. Les neuf régions restantes ont contribué pour un peu plus du tiers de la croissance enregistrée en 2017 soit 1,5 point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *