Sahara: l’UE pour une solution basée sur le « réalisme et le compromis»

L’Union Européenne (UE) juge positifs les «efforts sérieux et crédibles du Maroc» dans le processus politique visant à trouver une solution à la question du Sahara, et encourage «toutes les parties à poursuivre leur engagement dans un esprit de réalisme et de compromis» pour parvenir à un règlement politique.

Dans «la Déclaration politique conjointe» adoptée, jeudi à Bruxelles, à l’issue de la 14ème session du Conseil d’Association Maroc-Union européenne, les deux parties réaffirment leur appui aux efforts du Secrétaire général de l’ONU «pour poursuivre le processus politique visant à parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable » à la question du Sahara.

Une solution politique «qui repose sur le compromis» en conformité avec les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies, notamment la résolution 2468 du 30 avril dernier, souligne la déclaration.

L’UE « prend note positivement des efforts sérieux et crédibles menés par le Maroc à cet effet tels que reflétés dans la résolution susmentionnée et encourage toutes les parties à poursuivre leur engagement dans un esprit de réalisme et de compromis, dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies».

Les deux partenaires soulignent en outre le potentiel encore inexploité de croissance et de développement que recèle la coopération régionale pour la prospérité du Maghreb. A ce titre, ajoute la Déclaration politique conjointe, ils conviennent qu’un règlement des différends et tensions affectant la région jouerait un rôle « très favorable dans ce sens et propice au développement de leur partenariat».

Cette position des Etats membres l’UE en faveur d’une solution politique au Sahara basée sur le réalisme et le compromis, faisant référence à la dernière résolution de l’ONU, exprimée unanimement et consignée dans un document, est un fait inédit dans l’histoire des relations du Maroc avec l’Union européenne. Cette position constitue un revers cinglant à l’Algérie qui soutient le mouvement séparatiste du polisario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *