Mawazine: La 5e journée confirme que le Festival est le rendez-vous des stars

Mardi soir, le groupe mythique Black Eyed Peas a encore donné la preuve que le Festival Mawazine-Rythmes du Monde, qui en est à sa 18eme année, est le rendez-vous des stars internationales, selon l’Association Maroc Cultures, organisatrice de l’événement.

C’est sous une standing ovation que la célèbre formation a été accueillie à l’OLM Souissi. Un public à perte de vue, massé devant la scène, a vibré de bout en bout pour un concert exceptionnel au cours duquel will.i.am et ses deux comparses ont livré une prestation à couper le souffle, dans la grande tradition des performances du groupe.

Dans le cadre plus intimiste du Théâtre National Mohammed V, les festivaliers ont salué ce même soir Julien Clerc, véritable légende vivante de la chanson. Un grand moment d’émotion pour le chanteur et le public, qui a repris en chœur les titres les plus connus de la star.

Autre scène, autre célébrité. La grande Elissa a imposé à l’espace Nahda sa voix unique et son style à nul autre pareil. Celle qui a chanté en duo avec les meilleurs artistes, dont Chris De Burgh, a confirmé de très belle manière son statut de chanteuse incontournable du monde arabe.

Toujours sur la scène orientale, c’est une autre voix, masculine celle-là, qui a fait sensation ce mardi. Auteur, compositeur et musicien, le Marocain Hamid El Hadri a magnifiquement entonné les titres qui lui ont permis de s’imposer en quelques années sur la scène nationale. Un bonheur pour le public qui a ovationné l’ex-leader du groupe Mazagan, aujourd’hui en solo.

Régulièrement classée parmi les artistes préférées des Marocains, Aicha Tachinwit a elle aussi conquis les festivaliers, réunis cette fois devant la scène de Salé. Accompagnée de sa troupe, la chanteuse et danseuse amazighe a proposé un show magistral. Tout comme YouNess, une des étoiles montantes du raï.

Au Chellah, où l’on célèbre les musiques du peuple Rom, l’ambiance était tout aussi festive. Et pour cause : Alba Molina, fille du célèbre duo espagnol Lole Montoya et Manuel Molina, a offert un spectacle de flamenco aussi poétique que réjouissant. Avec la compagnie de Joselito Acedo, une référence de la guitare.

Au cours de cette cinquième journée, il n’a pas seulement été question de musique mais aussi de cirque et d’acrobatie. Sur la place Moulay Hassan ou sur la corniche du Bouregreg, les festivaliers ont découvert des troupes aux talents fous. A l’image des percussionnistes d’Akdim Batucada et de la formation circassienne Acro-Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *