Une enquête déchiffre la relation des Marocains à l’école publique

Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique a présenté mercredi les résultats d’une enquête nationale, qui fait ressortir que 64,9% des ménages sont contre la contribution des familles aux frais de scolarité de leurs enfants et estiment que l’école publique doit rester gratuite.

Selon les résultats de cette étude, les adultes de 25 ans et plus parmi les personnes questionnées sont contre la contribution aux frais de scolarité de leurs enfants dans l’école publique (83,6% en milieu rural et 74,5% en milieu urbain).

D’après cette étude, présentée par Rahma Bourqia, présidente de l’Instance nationale de l’Évaluation (INE, relevant du Conseil), la scolarisation d’un enfant issu des 10% des ménages les plus aisés coûte 13,3 fois plus que celle d’un enfant issu des 10% des ménages les moins aisés.

Les résultats de l’enquête ont également montré que les facteurs socio-économiques impactent et créent une différenciation dans le rapport des familles à l’éducation scolaire.

Menée conformément aux recommandations de la Vision Stratégique 2015-2030 pour la réforme de l’école marocaine, l’enquête a porté sur un échantillon de 3.000 ménages sélectionnés de manière aléatoire et répartis proportionnellement sur l’ensemble des régions du Royaume, dont 2.000 ménages en milieu urbain et 1.000 en milieu rural.

Cette étude, la première du genre, a pour objectif de cerner les perceptions, les attentes et les aspirations des ménages marocains et de mesurer leur degré de satisfaction par rapport à la question de l’éducation, mais aussi d’explorer leurs choix en ce qui concerne le système éducatif, tant public que privé, avec un accent particulier sur les coûts de l’éducation pour les familles en relation avec leurs revenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *