La petite guerre de Fathïa Bennis pour la parité hommes-femmes

Le chef du gouvernement islamiste, Abdelilah Benkirane l’a promis et la présidente du Collectif Action Parité (CAP), Fathïa Bennis milite pour le concrétiser. Il s’agit de la parité Hommes et Femmes dont rêvent les diplômées de la gente féminine au Maroc et qui tarde à se matérialiser. Cette militante de la parité, entend peser de tout son poids, à travers son association, sur les prochaines désignations des futurs dirigeants des grands établissements publics et dans les hautes fonctions de l’administration pour que la gente féminine soit de la fête. Dans un article paru le 25 avril dans le journal en ligne « La Croix » sous l’intitulé « En croisade pour la parité au Maroc», Fathïa Bennis n’hésite pas à déclarer sur un ton menaçant, que « si on ne fait pas de place aux femmes comme Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement, nous l’a promis, nous pourrions appeler au boycott des élections communales en juin ! ». « Nous sommes, justifie-t-elle, 50,7 % de la population, et 51 % des diplômés sont des femmes. Nous avons des centaines de curriculum vitae de femmes expérimentées, il n’y a qu’à demander ! ».
En attendant, elle s’apprête à organiser prochainement des assises de la parité, afin de mettre les « politiques devant leurs responsabilités ». Cette dame qui n’a pas à se plaindre sur son propre sort, puisqu’elle a occupé des postes clés dans des établissements publics et privés de notoriété. Elle a déjà exercé pendant dix-sept ans à Bank Al Maghrib, pour prendre ensuite la direction de l’Office marocain national du tourisme et quatre ans après, elle se retrouve à la tête de la Bourse de Casablanca, avant de rejoindre Maroclear, il y a sept ans. Fathïa Bennis s’intéresse donc aux cas des autres femmes diplômées dont la compétence doit être reconnue. « Nous sommes les incompétentes indignées ! », s’insurge-t-elle, en citant un ministre qui avait justifié la nomination d’une seule femme dans le gouvernement Benkirane, par des raisons de « compétence » et non de sexe.
Pour parvenir à ses objectifs, la présidente de Maroclear, dépositaire central des valeurs mobilières au Maroc et du forum Women’s Tribune a pris la tête du nouveau Collectif Action Parité. En plus des hautes fonctions dans les établissements publics et l’administration, Le CAP qui se dit favorable aux quotas en politique, de façon temporaire, revendique également qu’un minimum de femmes siège dans les conseils d’administration des entreprises. A bon entendeur salut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *