Régime de change: Le FMI soutient la démarche graduelle du Maroc

La mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a effectué une visite de plusieurs jours au Maroc, soutient pleinement la politique suivie par le Maroc pour assouplir progressivement son régime de change, une note positive qui intervient alors que les autorités monétaires envisagent d’entamer la phase II de la flexibilité du dirham.

Le chef de la délégation du FMI, Nicolas Blancher, a affirmé mardi à Rabat, que cette réforme devrait rendre l’économie marocaine mieux préparée à résister aux « chocs extérieurs et préserver sa compétitivité ».

Pour lui, « la situation actuelle continue d’offrir une fenêtre d’opportunité pour avancer dans cette transition de manière progressive et ordonnée ».

« Le Maroc effectue sa réforme du régime de change tout en étant dans une position de force. La transition ne se fait pas dans la pression et cela permettra de mieux résister aux chocs exogènes », a expliqué le responsable du FMI.

Restées à un niveau confortable, les réserves de change se situent à environ cinq mois d’importations, a noté Nicolas Blancher.

D’après l’expert du FMI, l’économie marocaine continue de profiter de la poursuite des politiques macroéconomiques « prudentes » et des réformes « structurelles ». De même, l’amélioration de la gestion budgétaire et la diversification de l’économie ces dernières années, ont rendu cette dernière « plus résiliente ».

Nicolas Blancher prévient toutefois sur le niveau de la croissance et du chômage, soulignant la nécessité d’accélérer la mise en œuvre des réformes structurelles engagées afin d’accroître les gains de productivité, créer davantage d’emplois et rehausser le potentiel de croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *