L’abandon du contrat proposé par Amzazi ne convainc pas les enseignants concernés

Les propositions du ministre de l’Education nationale, Said Amzazi, notamment celle d’abandonner le contrat pour les enseignants contractuels, n’a pas convaincu les syndicats ni les enseignants intéressés, dont la coordination nationale a appelé à prolonger la grève lancée lundi dernier pour une semaine supplémentaire.

Pourtant, Said Amzazi qui a tenu la réunion avec les syndicats, samedi à la demande du chef du gouvernement, a expliqué que les propositions du ministère étaient de nature à améliorer la situation.

Le recrutement par contrat passe à une situation réglementaire similaire à celle du personnel de l’Education nationale, mais dans le cadre du recrutement par les académies régionales, les fameuses AREF.

Les propositions du gouvernement, a souligné le ministre, concernent aussi la promotion en accordant aux cadres des AREF le droit à l’avancement de grade et d’échelle tout au long de leur carrière.

Il s’agit également de la révision de l’article 25 du statut relatif à la retraite suite à une maladie grave, de manière à répondre favorablement à cette revendication et permettre aux cadres des AREF l’accès aux mêmes droits des autres fonctionnaires.

Parmi les autres propositions du ministère, le cas de l’incapacité, dans lequel les cadres des AREF bénéficient des mêmes dispositions que les fonctionnaires de l’administration publique.

Les enseignants des AREF pourront de surcroît, bénéficier du droit à la mobilité à l’intérieur de la région d’affectation, de l’intégration d’office sans recours à l’avenant au contrat, de la titularisation directement après l’intégration au corps des cadres des AREF et l’admission à l’examen de qualification professionnelle, etc.

Pour le ministre, le recrutement régional demeure un choix stratégique du gouvernement, inscrit dans le cadre de la régionalisation avancée, afin de permettre aux AREF de maîtriser leurs ressources  humaines, en veillant à en assurer la stabilité professionnelle et sociale.

Amzazi a annoncé que ces amendements seront adoptés lors d’une session extraordinaire des conseils d’administration des AREF, prévue incessamment.

Mais, les cinq syndicats les plus représentatifs (UMT, UGTM, CDT, FDT et FNE), restent accrochés à l’intégration dans la fonction publique, alors que la coordination nationale des « enseignants contractuels » poursuit la grève, entamée lundi dernier, faisant planer les risques d’une année blanche pour les classes concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *