Lutte antiterroriste (BCIJ): La coordination entre les services de sécurité a dissuadé les extrémistes (Khiame)

Depuis sa création il y a quatre ans, le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ) a intensifié la lutte anti-terroriste au Maroc, en démantelant 57 cellules dont huit au cours de l’année 2018, a affirmé le directeur du BCIJ, Abdelhak Khiame.

Grâce aux actions anticipatives du BCIJ, ces chiffres portent ainsi à 183 le nombre de cellules démantelées au Maroc depuis 2002, a expliqué Abdelhak Khiame dans une déclaration à la MAP.

Les membres de ces groupes avaient projeté des actions terroristes et l’action du BCIJ a permis d’avorter 361 projets dévastateurs dont « certains avaient pour cible des sites sensibles » dans le Royaume.

Ces actions de lutte contre le terrorisme ont conduit à l’arrestation de plus de 3.129 personnes, a souligné M. Khiame. Parmi les personnes arrêtées figurent 22 étrangers, ainsi que plusieurs binationaux.

Sur les 57 cellules démantelées par la Brigade de Lutte Contre le Terrorisme (BLCT), qui relève du BCIJ, 51 étaient en relation avec la nébuleuse « Etat islamique » et 6 structures en lien avec l’organisation  « Al Faye Wa Al Istihlal ».

Quant au nombre de Marocains ayant rejoint la scène syro-irakienne, il s’élève à 1.666 combattants, dont 929 ayant intégré les rangs de « Daesh ». S’agissant des « returnees », ils sont, selon le directeur du BCIJ, au nombre de 239 personnes, alors que 643 personnes ont perdu la vie sur la scène syro-irakienne.

Résumant le bilan de quatre ans d’existence du BCIJ, Abdelhak Khiame cite 21 cellules neutralisées en 2015, 19 en 2016, 9 en 2017 et 8 jusqu’à début octobre 2018. « Le recul d’année en année du nombre de cellules terroristes démantelées prouve que l’action menée par la Direction Générale de Surveillance du Territoire (DGST) en matière de lutte antiterroriste a eu l’effet de persuasion envers les milieux imbus de la pensée extrémiste », s’est félicité M. Khiame,

« La force du Maroc en matière de lutte anti-terroriste s’explique essentiellement par la collaboration étroite entre les différents services chargés d’assurer la sécurité. Aussi, le fait que le Directeur Général de la Surveillance du Territoire est lui-même le Directeur Général de la Sûreté Nationale nous facilite énormément la tâche, car nos services ne sont pas cloisonnés ».

A cela s’ajoute « la coordination continue avec les autres départements qui ne relèvent pas de ces services, notamment la Gendarmerie royale et autres », a précisé M. Khiame.

Par ailleurs, le patron du BCIJ a fait état de 167 personnes arrêtées depuis 2015 dans le cadre de l’action de lutte contre le crime organisé, menée par la Brigade de Lutte Contre le Crime Organisé (BLCCO). Entre 2015 et 2017, la BLCCO a saisi plus de 50 tonnes de Chira, 3.818 kg de cocaïne et 35.777 comprimés psychotropes, a précisé Abdelhak Khiame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *