Arrestation de deux Espagnols actifs dans les réseaux de l’émigration clandestine

Les réseaux de passeurs multiplient les tentatives d’émigration clandestine, particulièrement dans le Nord du Maroc, où les autorités ont avorté plusieurs opérations et arrêté des individus impliqués dans ce trafic, dont certains sont de nationalité espagnole.

Mardi, une unité de combat de la Marine Royale opérant en Méditerranée, a tiré des balles sur une embarcation rapide « Go Fast », après le refus d’obtempérer aux avertissements.

L’embarcation qui se trouvait de manière suspecte dans les eaux marocaines, transportait des candidats à l’émigration clandestine et était  conduite par un individu de nationalité espagnole, ont indiqué les autorités locales de la Préfecture de M’diq-Fnideq.

Quatre personnes ont été blessées plus au moins gravement et ont été évacuées à l’hôpital provincial de la Préfecture de M’diq-Fnideq, ajoute un communiqué de la préfecture.

Par ailleurs, la police de Tanger a arrêté, dans la soirée, deux individus, dont un Espagnol résidant illégalement au Maroc. Ils sont accusés d’activités dans un réseau criminel spécialisé dans  l’escroquerie, l’organisation et la facilitation de l’émigration illégale.

Les services de la sûreté nationale ont été avisés qu’un groupe de candidats à l’émigration clandestine a été victime d’escroquerie de la part des deux mis en cause, âgés de 35 et 45 ans.

Ils leur ont extorqué de l’argent en contrepartie de la promesse de les faire émigrer clandestinement à bord d’embarcations pneumatiques, explique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les investigations ont permis d’interpeller à Tanger, le suspect principal, de nationalité espagnole, ainsi que son complice marocain, alors que les recherches se poursuivent afin d’arrêter un troisième complice déjà identifié, membre de ce réseau criminel, précise la même source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *