El Khalfi: Le Maroc avorte plus de 54.000 tentatives de migration clandestine et refuse de jouer au gendarme

Le Maroc ne permettra pas que ses territoires servent d’abris pour les réseaux de trafic d’êtres humains et refuse de jouer au gendarme dans la région, a indiqué Mustapha El Khalfi, ministre délégué, porte-parole du gouvernement, assurant que les services de sécurité ont avorté en 2018 plus de 54.000 tentatives d’immigration clandestine, et réussi à démanteler 74 réseaux de l’immigration clandestine et de traite des êtres humains.

Dans un communiqué lu lors de la conférence de presse tenue à l’issue du conseil du gouvernement de jeudi, M. El Khalfi a indiqué qu’après avoir suivi une présentation sur la lutte contre l’immigration clandestine faite par le ministre de l’Intérieur, le conseil a souligné que sur Hautes Instructions Royales, le Royaume du Maroc a adopté depuis 2013 une nouvelle stratégie nationale de l’immigration à dimensions humanitaire et solidaire, une initiative qui a fait du Maroc un exemple à suivre aux niveaux régional et continental en matière de gestion des flux migratoires.

Deux opérations de régularisation de la situation juridique et administrative des immigrés en situation irrégulière ont été réalisées durant les années 2014 et 2017, et qui ont abouti à la régularisation de la situation juridique d’environ 50.000 migrants, dont 90% sont des Subsahariens, a ajouté le ministre.
Le Maroc a aussi œuvré, en coordination avec les représentations diplomatiques des pays concernés et les organisations internationales en charge de la migration, à assurer le retour volontaire des migrants à leurs pays d’origine dans des conditions respectant leur dignité et leurs droits, a précisé le ministre, ajoutant que 22.000 immigrés ont bénéficié de cette opération depuis 2014, dont 1400 au titre de l’année 2018.

En dépit de cette ouverture et de l’approche humanitaire adoptée par le Maroc, certaines catégories de migrants illégaux n’ont pas adhéré aux initiatives proposées dans le cadre de la stratégie nationale de l’immigration et rêvent toujours de franchir les frontières par tous les moyens pour passer vers les pays européens.

Le Maroc, qui prône le principe de la « responsabilité partagée », a adopté une approche solidaire avec l’ensemble des pays concernés par la problématique de l’immigration illégale et appelle l’ensemble des partenaires à davantage d’interaction en vue de réaliser les objectifs escomptés, a souligné le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *