Conseil de Sécurité- Köhler: Réalisme et compromis pour une solution au Sahara marocain

Selon des sources diplomatiques aux Nations-Unies, l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler, a présenté mercredi, à sa demande, un briefing devant le Conseil de sécurité sur sa récente visite dans la région, ainsi que sur les différents contacts qu’il a eus, notamment dans le Sahara marocain.
Dans ce cadre, Horst Köhler a exprimé son appréciation pour les efforts du Maroc pour la réussite de cette visite, au cours de laquelle il a rencontré, en toute liberté, tous les interlocuteurs qu’il avait souhaités.
L’Envoyé personnel a également fait savoir qu’il avait rencontré les Présidents des deux régions du Sahara ainsi que les élus, les Chioukhs et les notables de la région qui ont tous exprimé leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie.
Plusieurs membres du Conseil de sécurité se sont également félicités du déroulement de cette visite qui a permis à l’Envoyé personnel de constater de visu les progrès et le développement réalisés au Sahara marocain.
D’après ces sources diplomatiques, les membres du Conseil de Sécurité ont unanimement réaffirmé leur ferme soutien à une solution politique au différend régional sur le Sahara marocain, basée sur le réalisme et le compromis, et ce conformément à la résolution 2414, adoptée le 27 avril 2018.
Dans ce cadre, des membres du Conseil ont apporté leur appui à l’Initiative marocaine d’autonomie comme solution sérieuse, crédible et durable au différend régional sur le Sahara Marocain. D’autres membres ont exprimé leur appréciation aux efforts du Maroc pour l’émancipation politique et le développement économique et social des provinces du sud.
Le soutien, par les membres de l’Organe exécutif des Nations Unies, à la solution politique réaliste, pragmatique et de compromis à ce différend régional, est une nouvelle réaffirmation que les plans et propositions désuets, dépassés et non réalistes soutenus par l’Algérie et le polisario sont définitivement morts et enterrés.
Les observateurs estiment qu’il ne peut y avoir de solution au différend régional sur le Sahara marocain sans sa consultation et sans l’implication de l’Algérie, principale partie responsable de la genèse et le maintien de ce différend.
Dans sa résolution 2414 du 27 avril 2018, le Conseil de sécurité avait demandé aux pays voisins, et donc à l’Algérie, d’« apporter une contribution importante au processus et de s’engager plus fortement pour progresser vers la solution politique ».
Le briefing de Köhler n’a fait l’objet d’aucune déclaration ou expression du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

(avec MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *