Maroc-UE: Feu vert européen pour le renouvellement de l’accord de pêche incluant le Sahara marocain

La Commission européenne a obtenu, lundi, le feu vert du Conseil de l’Union européenne pour entamer des négociations en vue du renouvellement de l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE, incluant les eaux du Sahara marocain.
Approuvé par l’ensemble des 28 Etats membres de l’UE, le mandat du Conseil de l’UE charge la Commission européenne d’entrer en négociations avec le Maroc, le protocole de pêche actuel arrivant à échéance en juillet prochain.
Le mandat prévoit que les eaux au large des côtes du Sahara marocain seront couvertes par le partenariat dans le secteur de la pêche entre le Maroc et l’UE.
L’adoption de ce mandat de négociation s’inscrit dans le prolongement de la déclaration conjointe du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita et de la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité, Mme Federica Mogherini, du 27 février 2018, dans laquelle les deux parties ont «confirmé leur attachement au Partenariat stratégique entre le Maroc et l’UE et leur détermination à le préserver et à le renforcer».
Cette nouvelle consolidation du partenariat Maroc-UE représente une nouvelle victoire diplomatique du Royaume face à “la guérilla judiciaire” orchestrée par l’Algérie et le polisario pour tenter de saborder ses accords commerciaux avec l’Europe.
L’adoption de ce mandat apporte également un démenti formel aux allégations véhiculées par l’Algérie et le polisario, sur une prétendue exploitation par le Maroc des ressources naturelles du Sahara sans que les populations en profitent.
Car, un rapport d’évaluation de l’actuel accord de pêche, élaboré par la Commission européenne, confirme chiffres à l’appui, que la région de Dakhla- Oued Eddahab est celle qui a reçu le plus de financement de l’appui sectoriel avec 47% des budgets prévus, suivie de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra avec 19% des budgets.
Selon le même document, le protocole d’accord de pêche a été efficace dans son objectif de soutenir le développement durable du secteur. Les efforts de développement ainsi consentis expliquent clairement le fait que l’indice de développement humain dans les provinces du sud est aujourd’hui supérieur à la moyenne nationale.
Les négociations entre les deux parties devraient commencer prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *