Tourisme- symposium: Vers une nouvelle vision pour le secteur ?

Le Symposium international du tourisme, organisé mercredi à Rabat, a été l’occasion de soulever les faiblesses et les opportunités qu’offre ce secteur essentiel de l’économie marocaine, appelé à s’adapter aux mutations en cours dans un marché mondial de plus en plus digitalisé, qui fragilise les opérateurs traditionnels.

La bonne gouvernance et l’implication réelle du gouvernement dans le tourisme, qui emploie 500.000 personnes, est indispensable pour remédier aux « diverses incohérences et aux fragilités structurelles dont souffre le secteur », a souligné Miriem Bensaleh Chaqroun, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

« Le Maroc attire 11 millions de touristes aujourd’hui et nous sommes, depuis 2013, la première destination touristique en Afrique. Les perspectives pour 2018 sont prometteuses », a rappelé la présidente du patronat lors de ce Symposium, organisé par le Conseil du développement et de la solidarité (CDS), un think-tank indépendant, en partenariat avec la CGEM.

Elle a, toutefois relevé des « incohérences » dont souffre le secteur, notamment la promotion de circuits touristiques non adaptés à la demande et l’existence de « destinations oubliées ». Miriem Bensaleh Chaqroun a cité à ce titre, la « surcapacité » de certaines villes comme Marrakech, avec 71.000 lits hôteliers, contre l' »incapacité d’autres à accueillir un congrès de 5.000 personnes ».

Il s’agit à présent de lever les obstacles et d’exécuter une politique ambitieuse de développement touristique dans l’ensemble des régions du Maroc, en phase avec la dynamique de régionalisation avancée en cours, a souligné pour sa part, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid.

Il a indiqué que son département apportait les dernières touches à un programme de travail, élaboré en coordination avec les opérateurs publics et privés, afin de relancer l’investissement dans le secteur, renforcer les liaisons aériennes et accorder davantage d’importance au digital.

« Aujourd’hui, le tourisme est un vecteur de développement dans le monde, avec 1,3 milliard de touristes et 10% d’emplois créés dans le monde », a rappelé le ministre, notant que le Maroc est en mesure d’attirer davantage de touristes étrangers grâce à ses valeurs d’ouverture, de tolérance, d’accueil et d’hospitalité, qui sont un capital à mettre en valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *