Cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur le défunt Roi Hassan II

Le jeudi 23 juillet, le peuple marocain commémorait le 18ème anniversaire du décès du roi Hassan II. C’est une occasion de se souvenir d’un grand roi qui a laissé sa marque sur l’histoire contemporaine et la diplomatie internationale du Royaume grâce à son génie, à sa vision et à sa personnalité inégalée.Nous vous invitons à découvrir cinq faits dont la plupart des gens ne connaissaient pas au sujet du défunt roi Hassan II.

1- Hassan II, le premier monarque étranger à breveter une invention aux États-Unis

Le roi Hassan II était toujours intéressé par la science médicale. Il a également été juriste qui a parrainé plusieurs conférences médicales internationales à Rabat.
Cependant, sa plus grande réussite a été l’invention d’un système qui combine une bande vidéo et un électrocardiogramme pour étudier la fonction cardiaque. L’appareil a amélioré la capacité des médecins à étudier le comportement cardiaque pendant qu’une personne exerce son action.
Le roi Hassan II a reçu le brevet américain 4 805 631, devenant le premier monarque étranger à breveter une invention aux États-Unis d’Amérique.

Dans un communiqué aux médias locaux, un porte-parole du Bureau des brevets et des marques a déclaré que l’invention était la première brevetée par un roi, ajoutant qu’Abraham Lincoln a breveté une invention pour les bateaux avant qu’il ne devienne président.

2- La plupart des gens s’attendaient à ce que Hassan II reste au pouvoir pour un temps très court.

La plupart des observateurs s’attendaient à ce que Moulay Hassan échoue alors qu’il accédait au trône le 26 février 1961.

La plupart des gens doutaient que Hassan II parviendrait à unir le pays après son père, Mohammed V décédé en 1961. En particulier, lorsqu’il était un jeune prince, la presse occidentale l’appelait souvent un play-boy qui aimait les jeux et les actrices et était trop préoccupé par sa garde-robe.

En plaisantant avec le roi Juan Carlos d’Espagne, Hassan II a déclaré que la plupart des gens ne s’attendaient pas à ce qu’il reste au pouvoir plus de six mois.

Cependant, Hassan II a surpris tous ceux qui l’ont sous-estimé et a gouverné le Maroc pendant 38 ans.

3 – Les Marocains croient que le roi Hassan II a eu la Baraka

Les marocains ont aimé dire que Hassan II a eu une « Baraka » spéciale, une karma de protection mystique propre à certains, pensée venir d’Allah, car il est un descendant direct du Prophète Muhammad (PBUH).

Les gens croyaient cela du fait qu’il semblait toujours émerger indemne des difficultés. Il est passé maître dans la gestion de la mosaïque des forces ethniques et idéologiques au Maroc.

Il est intéressant de noter que sa « Baraka » lui avait surtout permis d’échapper à deux tentatives de le renverser, l’une d’entre elles était particulièrement sanglante.

4- Dans la mort, comme dans la vie, Hassan II a pu rassembler les anciens ennemis pour trouver un terrain d’entente

Au cours de sa vie, le roi Hassan II a joué un rôle très important pour renforcer les efforts de paix entre les israéliens et les égyptiens et a pu prolonger la vie de sa dynastie dans une ère où les monarchies en Libye, en Egypte, en Irak et en Iran ont été renversées par les révolutions socialistes ou l’islam militant.

Au Tchad (1984), il a aidé aux négociations entre la France et la Libye. En outre, il a présidé le Comité Al Qods pour le règlement du statut de Jérusalem. Il a discuté de cela lors de sa visite au Vatican en 1980 et pendant celle du pape Jean-Paul II au Maroc en 1985.

Le défunt roi a continué à rassembler les ennemis même après sa mort. Les funérailles de Hassan II ont rassemblé le Premier ministre israélien Ehud Barak et le Président Ezer Weizman avec les dirigeants des pays arabes.

Parmi les rivaux arabes d’Israël, il y avait le roi Abdullah de Jordanie, le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat et le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Ehud Barak devait rencontrer le président syrien Hafed Assad à Rabat, pour discuter de la paix au Moyen-Orient, mais Assad a choisi de rester à Damas. Cependant, Ehud Barak a eu un bref échange avec le président Abdelaziz Bouteflika d’Algérie.

5- Hassan II était un père pour les Marocains

Après la mort de Hassan II, de nombreux Marocains ont estimé qu’ils avaient perdu un père. Il a été rapporté que plus d’un million de Marocains ont parcouru des routes poussiéreuses, venant de villages éloignés, pour trouver une place le long de la route des trois kilomètres du cortège funèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *