Une nouvelle page dans les relations entre le Maroc et le Nigeria

Dans le cadre de la stratégie marocaine d’approfondissement de ses liens diplomatiques et économiques avec l’Afrique, de nombreux accords bilatéraux avec l’Éthiopie, Madagascar et, plus récemment, le Nigeria sont le résultat d’une récente tournée royale en Afrique.

Le secteur agricole a été particulièrement pris en compte dans cette tournée et l’OCP du Maroc a signé de nombreux accords dans le cadre de son plan de développement de l’agriculture africaine.

Dans ce contexte, le groupe OCP du Maroc et l’association des producteurs et fournisseurs d’engrais du Nigeria (FEPSAN) ont signé un protocole d’accord vendredi à Abuja, capitale du Nigeria, en présence du roi Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari. Le mémorandum d’accord détaille les contributions au secteur agricole nigérian en fournissant des engrais qui sont adaptés aux sols et aux cultures locales tout en assurant l’accès des agriculteurs à l’approvisionnement continu en engrais.

La collaboration entre le Groupe OCP et FEPSAN couvre un large éventail de questions relatives au secteur de l’agriculture. Il s’agit notamment de la mise en œuvre de solutions fertilisantes qui peuvent s’adapter aux sols et aux cultures du Nigeria, d’approvisionner le marché en engrais et la mise en œuvre de mesures de soutien pour les agriculteurs locaux.

Un certain nombre d’initiatives seront incluses dans la collaboration, y compris l’intention de développer une agriculture durable au Nigeria ainsi que d’aider les agriculteurs à améliorer leur vie quotidienne.

Ces initiatives impliquent la fourniture locale d’engrais à des prix compétitifs, le partage d’un savoir-faire réel dans le développement de structures locales de mélange, la promotion de l’innovation et des efforts de R & D, le renforcement des canaux de distribution locaux et l’approfondissement des systèmes agricoles existants.

Le Nigeria représente l’une des économies les plus fortes d’Afrique avec un PIB de 492 986 milliards de dollars (2016). Bien que riche en pétrole, le pays a commencé à réduire sa dépendance au pétrole brut en 2000 en faveur de l’agriculture en développement, qui représente 17,8 pour cent de son PIB. L’évolution du secteur des services représente plus de la moitié du PIB du Nigeria.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *